biodynamique_2.jpg biodynamique_5.jpg biodynamique_13.jpg biodynamique_3.jpg biodynamique_4.jpg biodynamique_6.jpgbiodynamique_7.jpg biodynamique_8.jpg biodynamique_9.jpg biodynamique_10.jpg biodynamique_11.jpg biodynamique_12.jpg

LA PSYCHOLOGIE BIODYNAMIQUE

La Psychologie Biodynamique est un courant important et une approche novatrice de la thérapie psychocorporelle. Cette méthode psychothérapeutique efficace a été élaborée à partir des années 1950, au fil d'un long travail clinique, par Gerda Boyesen (1922-2005), psychologue clinicienne et physiothérapeute norvégienne.

Une thérapie psychocorporelle se base sur une compréhension holistique et intégrative de l'être humain, qu'elle approche dans sa globalité. Pour la Psychologique Biodynamique, il y a unité entre psyché et soma, non-séparation entre les processus de "l'esprit" et du "corps" qui sont vus comme fonctionnant ensemble, d'un même développement biodynamique.

La Psychologie Biodynamique part aussi du principe qu'il existe en nous un noyau sain, doté d'une capacité d'autorégulation, d'auto-guérison et de bien-être indépendant. Le noyau sain est notre essence de base, notre partie profondément vivante et jamais autodestructrice. Ce noyau sain s'exprime spontanément à travers notre personnalité primaire. La personnalité primaire est le potentiel propre à chacun. Lorsque nous sommes en contact avec elle, nous nous sentons connectés à nous-mêmes, aux autres et au monde. Nous sommes créatifs et souples, capables de maintenir un équilibre, de faire face à l'inattendu et aux aléas de la vie. Nous vivons et faisons des choix en cohérence avec notre nature profonde, dans le respect de notre environnement.

À l'écoute de ce dialogue permanent entre psyché et soma, la Psychologie Biodynamique expérimente que nos états psychologiques et nos processus physiologiques sont interdépendants. La psyché influence notre physiologie et notre physiologie influence notre psyché. Chaque émotion, chaque choc, chaque frustration a une conséquence psychologique et physiologique. Quand les émotions sont refoulées de façon répétée et que les conflits restent non résolus, ces conséquences deviennent chroniques. Couche après couche, le stress construit les symptômes névrotiques, ce qui est particulièrement puissant pendant les premières années de la vie. Ainsi, lorsque l'environnement d'un enfant est insuffisamment accueillant, soutenant et nourrissant, que ses besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits et que le manque est récurrent, l'enfant quitte son développement naturel. Pour survivre et se protéger, il se coupe de son être profond et de son bien-être indépendant. Il construit une posture adaptée à ce dysfonctionnement qui fait son quotidien. Telle une seconde nature, se développe et s'installe alors doucement ce que la Psychologie Biodynamique appelle la personnalité secondaire, qui vient recouvrir le noyau sain et la personnalité primaire. Les émotions sont encapsulées dans le corps : la névrose est incorporée. C'est pourquoi la Psychologie Biodynamique regarde le corps comme la matérialisation de notre histoire. Tout, depuis notre conception, y est inscrit en mémoire.

C'est Wilhelm Reich qui a véritablement introduit le corps dans la pratique analytique. Ses recherches l'ont conduit à conclure que l'émotionnel réprimé était stocké dans les muscles. C'est ce qu'il appelait la cuirasse musculaire, dont la cuirasse caractérielle est le reflet. La Psychologie Biodynamique a élargi cette vision en parlant de cuirasse tissulaire et viscérale, et même de cuirasse mentale et énergétique. Les mémoires corporelles se trouvent dans tous les tissus de notre corps (os, muscles, membranes, viscères). Ce sont des engrammes d'informations psychiques au plus profond de notre physiologie. Le résultat est une perturbation de la libre respiration et de la circulation de la vie dans le corps.

C'est cette pulsation de vie que la thérapie biodynamique cherche à restaurer... À l'âge adulte, nous devrions avoir retrouvé la liberté d'affirmer et d'exprimer notre personnalité primaire, être en mesure d'actualiser notre potentiel. Seulement, nos anciens mécanismes de protection, nos souffrances refoulées, nos fidélités au dysfonctionnement, nos fausses croyances, nos pactes inconscients restent la plupart du temps toujours actifs... Ils nous permettent malgré tout de mener notre vie, même si ce n'est pas toujours la panacée... Ils nous sécurisent et c'est bien compréhensible : ils nous ont modelé, c'est tout ce que nous connaissons et ce qui nous a permis de survivre... Mais arrive un moment dans la vie où ils se retournent aussi contre nous. Où ils nous retiennent dans le passé, où ils encombrent, étouffent, entravent, limitent, auto-sabotent, parasitent, paralysent, isolent, résignent, font encore souffrir... alors que nous n'aspirons qu'à vivre pleinement notre vie.

Ce qui nous pousse parfois à consulter un thérapeute...

La thérapie biodynamique aide la personne à recontacter son noyau sain, à faire émerger sa personnalité primaire, à retrouver sa capacité au bien-être indépendant, à devenir autonome, à être en accord avec elle-même et son environnement. Pour ce faire, elle ouvre un contexte favorable, un espace d'accueil inconditionnel, d'écoute, de soutien et de sécurité, où connecter l'existence somatique, l'expérience psychique et l'essence de l'être humain. À travers tous ses outils, elle donne la parole au corps. Le corps est le livre vivant qui nous raconte. Il est la clé de l'inconscient et un puissant vecteur de conscience, pour de nouveaux possibles...

Et, comme Gerda Boyesen l'a découvert, il porte en lui un mécanisme de guérison et d'auto-régulation situé en profondeur dans le système végétatif : le psychopéristaltisme... Ainsi, l'organisme a une intelligence. Le psychopéristaltisme est la capacité de l'intestin (et donc du corps) à digérer le stress, les expériences de la vie, les conséquences émotionnelles et psychologiques des événements (mêmes sévères). C'est un concept révolutionnaire, aujourd'hui prouvé scientifiquement à travers les recherches les plus récentes sur le système nerveux entérique : le "deuxième cerveau". Ce péristaltisme intestinal est spécifique, indépendant de la digestion des aliments. Cette "digestion" du matériel psychique par le corps, cette véritable élimination possible de l'inscription de la névrose par l'organisme est l'une des spécificités de la Psychologie Biodynamique.